Accueil / Identifier les personnes atteintes du syndrome de Diogène

Identifier les personnes atteintes du syndrome de Diogène

Prévalence : Qui est touché par le symptôme ?

Il existe plusieurs façons pour détecter la personne victime de ce syndrome. Premièrement, le comportement de la négligence, la personne néglige excessivement son hygiène corporelle ainsi que du lieu de vie. Même s’il existe des saletés tout autour de lui, ou dans sa demeure, il reste toujours indifférent. De plus, cette personne aime collecter des objets très divers (syllogomanie) comme les boites, les journaux, les aliments, les détruits et les excréments. Puis, cette personne préfère un isolement social plutôt que de nouer une relation aux voisinages.  Habituellement, ce syndrome touche des personnes qui vivent seules, dans sa maison isolée. Elle se pense incomprise et rejetée, et ne doute plus de son choix. Il refuse toute aide venant de l’extérieur, car personne ne peut entrer dans son foyer.

D’après le Dr Jean-Claude Monfort, un spécialiste du sujet, le signe d’identification le plus fréquent est que les personnes atteintes du syndrome de Diogène ne demandent jamais rien alors qu’elles auraient besoin de tout. Les individus atteints de ce syndrome n’acceptent presque jamais d’aide venant de l’extérieur. Ils vivent dans une solitude totale, séparés de toute personne et de leurs proches. Cet isolement pose d’ailleurs beaucoup de souci quant à la détection des cas avérés. Néanmoins, ces situations sont souvent repérés par la révélation de leur famille ou de leurs voisins.

Pour résumer, les trois grands critères qui définissent un individu atteint du syndrome de Diogène sont :


  • le rapport au corps : très propre ou très sale
  • le rapport au lieu de vie et à l’environnement : vide ou entassé
  • le rapport aux autres : relationnel très développé ou isolement et exclusion totale

cas de personne atteinte du syndrome de Diogène

Reconnaître les différents critères de détection

  • Le sexe : Le syndrome touche aussi bien les hommes que les femmes mais la prévalence est plus grande chez les femmes. D’après les études, il est confirmé que la majeure partie des personnes touchées par ce trouble comportemental sont les femmes notamment puisqu’elles possèdent une plus grande espérance de vie que les hommes.
  • L’âge : Toutes les tranches d’âge peuvent être concernées mais il semble néanmoins que les jeunes soient un peu moins touchés par le syndrome de Diogène. Il est généralement plus fréquent chez les personnes âgées de soixantaine. Pour les sujets qui ont plus que la soixantaine, la moyenne d’âge des personnes atteintes varie entre 70 et 80 ans. Pour les sujets de moins de 60 ans, la moyenne d’âge reste assez élevée.
  • L’habitat : Des cas de Diogène sont recensés à la ville comme à la campagne, en maison ou en appartement, dans un grand logement aussi bien que dans un petit.
  • L’hygiène : La grande majorité des « Diogène » néglige leur hygiène corporelle ou celle de leur lieu de vie. Dans de rares cas, il arrive de diagnostiquer des individus atteints du syndrome avec une bonne hygiène et un logement salubre même si cela s’avère souvent être des cas de syllogomanie et non de Diogène. L’inverse est vrai aussi : une hygiène de vie déplorable (incurie) n’est pas obligatoirement synonyme de syndrome de Diogène.
  • Le milieu social : Il n’y a pas de classe sociale plus touché qu’une autre. Le meilleur exemple est celui de deux frères milliardaires. Les frères Collyer étaient atteints du syndrome de Diogène et vivaient dans le New-York des années 30. Il sont morts des pièges qu’ils avaient eux-mêmes installées chez eux ou plus récemment la découverte d’une dame habitant en Haute-Savoie (http://www.ladepeche.fr/article/2009/01/09/520577-syndrome-de-diogene-ces-milliardaires-qui-vivent-dans-des-taudis.html)

Les mécanismes pathogéniques ou les facteurs responsables du déclenchement

  • L’approche médicale, quand il s’avère que le bilan médico-social est en mesure de mettre en évidence une maladie comme une démence de type Alzheimer ou fronto-temporale, une maladie schizophrénique, une paranoïa ou trouble paranoïaque ou encore une maladie liée à l’alcoolisme (syndrome de Korsakoff).
  • L’approche de la personnalité : les individus atteints du syndrome de Diogène, la plupart du temps, une personnalité exceptionnelle, qui peut être marqué par une intelligence au-dessus de la moyenne, un caractère fort, une personnalité riche et complexe, parfois même attirante ou séduisante mais la plupart du temps très difficile à vivre.
  • L’approche d’une histoire de vie particulière : pour le Dr Jean-Claude Monfort, tout semble se déclencher entre l’âge de zéro et trois ans. Il explique ainsi : « Par une sorte de cataclysme survenu entre 0 et 3 ans, se retrouvant seul, en carence affective, l’enfant, pour survivre, aurait été amené à faire un choix non conscient : ne jamais compter sur autrui. Mais, parvenues à l’âge adulte, ces personnes, à l’intelligence hors norme, et à la personnalité affirmée, peuvent s’effondrer d’un instant à l’autre. » C’est ensuite l’apparition ou la réapparition de cette façon de voir le monde qui une fois l’âge adulte atteint semble complètement inadapté et incompréhensible pour les autres.

Pour en savoir plus sur l’étude des causes et la pathogénie : Comprendre le syndrome de Diogène

Reconnaitre le syndrome de Diogène quand on en voit un

Pour vous aider dans cette tâche délicate de l’identification d’un cas de personne atteinte du syndrome de Diogène, voici quelques cas de figure très visuels en vidéos :

Top
8347a48ccd6330d883ecf62c8b958d1bGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGG